Two Worlds :: DOWNWORLD :: Marx :: Halle d'Arpajon
avatar

DOWNER - Citrine
Messages 113 CRÉDITS : Alaska ; endlesslove

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Le dernier pub avant la fin du monde | Jane    12.12.17 21:45


le dernier pub avant la fin du monde

La soirée débutait en même temps que la journée touchait à sa fin pour la plèbe qui travaillait le jour. La Halle était agitée en tout temps, mais la soirée qui s’annonçait laissait planer une atmosphère différente de d’habitude. Une nervosité globalisée animait les esprits, et Lewys qui passait le plus clair de son temps entre la Halle et le Souk sentait bien que quelque chose était à l’oeuvre. La perspective de découvrir ce que la trappe avait à révéler semblait échauffer les esprits et le sujet était sur toutes les lèvres. Il se glissait entre les échoppes en suivant la route qui le mènerait à un bar qu’il avait racheté quelques années auparavant alors que des plaintes d’insalubrité le menaient tranquillement à la fermeture. Remplacer l’équipe de direction et donner une ligne directrice d’excellence du service avait été la clé pour redorer la réputation de cet endroit et le faire passer du statut de trou à rat à celui de bonne adresse. Sans qu’une sélection à l’entrée ne soit faite, les prix objectivement plus chers que chez la concurrence attirait une clientèle sinon plus raffinée au moins plus aisée. Le style moderne du bar contribuait également à ce que cette clientèle se sente mieux, dans un élément où une classe économique supérieure côtoyait ses semblables.

Lewys devait rencontrer Jane et voulait que les conditions soient réunies pour la mettre à l’aise. Il s’agissait ici de sortir le grand jeu pour mener à bien une séduction professionnelle qui lui tenait à coeur; lui qui était si bon vendeur s’était heurté à un mur quand il avait suggéré à la jeune femme de venir travailler pour lui. Elle qui aimait tant l’ordre pourrait perdre ses repères dans le chaos des affaires. Les intérêts de la compagnie avaient grandi au point où il devenait difficile pour une seule personne en charge de tout superviser. Lewys avait des gestionnaires pour chaque commerces et services qu'il offrait mais ce qui lui manquait était un vrai bras droit, quelqu’un en qui il pourrait avoir entièrement confiance, quelqu’un avec un cerveau réellement fonctionnel. Il avait vu Jane à l’oeuvre au service de la Colonie et des Agates, la logique de son esprit ne faisait aucun doute. Son nom et la rigueur qui y était associée étaient souvent vantés jusque dans les plus hautes instances du Conclave. Lewys prenait place sur une banquette de velour entourant une table de verre dans un recoin du bar, légèrement en surplomb des autres tables, après avoir salué les serveurs derrière le comptoir et demandé son premier whisky.

Il s’était placé de façon à voir qui passait la porte d’entrée et n’eut pas à attendre longtemps avant de voir Jane arriver et se faire orienter dans sa direction. « Jane. » À cet instant, Lewys se retenait fort de ne pas aborder directement le sujet de sa proposition. Il appréciait la compagnie de la jeune femme mais restait pragmatique; sa potentielle contribution à l'aventure capitaliste avait plus de valeur que son amitié. Il voulait toutefois faire preuve d'un minimum de tact. « Content de voir que tu n’as pas sauté sur l’occasion de quitter cette chère colonie. » Après tout, c'était un autre sujet sur lequel il voulait se pencher. Il avait besoin d'être rassuré et de savoir que de contribuer à ce que la trappe soit ouverte avait été la bonne chose à faire.
avatar

DOWNER - Agate
Messages 118 CRÉDITS : Avatar : Bonnie

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Le dernier pub avant la fin du monde | Jane    15.12.17 13:21


Quand les choses semblent aller mal, il faut se dire qu’elles ne sont probablement pas si terribles que ce que l’on imagine et qu’un esprit troublé par l’anxiété à tendance à voir les choses pires qu’elles le sont en réalité. Evidemment, il est tout aussi possible de partir du principe que la situation est vraiment mauvaise, voire pire que ce que l’on imagine, et que l’on est parfaitement réaliste sur la question. Être positif sur le sujet en se disant que tout peut toujours être pire semble simplement être la solution la plus bénéfique.
 
Jane avait beau appartenir à la catégorie de ceux qui envisage une situation donnée avec un esprit rationnel et éclairé capable de l’analyser et de la rationaliser en conséquence, elle ne parvenait pas à voir l’ouverture de la trappe 84 autrement que comme la pire des calamités issue de l’enfer absolu de l’horreur total. En aucune manière cela pouvait être bénéfique à la Colonie et son intégrité. Tout ce qu’elle voyait, c’était l’impact du choc et l’absence de ceux qui n’étaient pas rentrés sur la production générale et le risque de l’extérieur contaminant leur précieux environnement calfeutré depuis des siècles. Personne ne savait rien sur ce qui se trouvait dehors, que ce soit en termes de radiations, de maladies et de tout ce qui pouvait menacer leurs vies. Tout, mais absolument tout, dans l’ouverture de cette maudite trappe représentait un danger pour Colonie. Comment on avait pu imaginer deux secondes qu’ouvrir la trappe pourrait être une bonne idée et encore plus s’y aventurer, cela échappait, et de loin, à la jeune femme.
 
Rien que d’y penser lui donnait des frissons.
 
Pourtant, comme la plupart des habitants de la Colonie 32, Jane essayait tant bien que mal de repousser l’angoisse de la situation en continuant de vaquer à ses occupations quotidiennes. Même si tout dans son travail lui rappelait à quel point la pire des calamités absolues, la reine des reines des tuiles, leur était tombé dessus. Elle avait traversé la journée dans un brouillard effervescent dont elle avait tiré une raideur dans la nuque et un début de migraine.  Heureusement, elle avait de la chance dans son malheur car au lieu de devoir rentrer dans ses quartiers pour avoir tout loisir de ressasser la situation, elle avait rendez-vous au troisième étage avec l’un des membres du conclave. 

Le troisième étage était loin d’être son endroit préféré de la Colonie, principalement en raison du chaos perpétuel qui y régnait. Il y avait trop de monde, trop de bruits, trop de choses, trop de tout. Mais rien ne serait jamais pire que l’extérieur et la blonde en prenait douloureusement conscience aujourd’hui. Cette réflexion lui permettait au moins de relativiser son petit monde.

Trouver le bar de Lewys Penrose ne fut pas très compliqué et elle eut à peine à demander pour trouver le citrine assis dans un recoin sur une banquette qui promettait à l’avance d’être des plus confortables. Jane répondit à son salut d’un signe de la tête en s’installant en face de lui et jeta un regard curieux autour d’elle. Difficile de croire que l’endroit tenait plus du taudis que du bar quelques temps auparavant. Il y avait fait du bon travail. C’était au moins quelque chose que l’on ne pouvait pas reprocher au citrine. C’était quelque chose que l’esprit cadré de la blonde appréciait chez Penrose : un goût pour la chose bien faite et cette impression qu’il dégageait que n’importe quel obstacle pouvait se placer sur son chemin sans que ça ne devienne un problème majeur. Elle l’avait déjà vu à l’ordre dans les affaires de la Colonie et devait reconnaître que cette attitude l’impressionnait. Pas assez cependant pour céder à sa demande précédente d’abandonner l’intérêt général pour l’intérêt personnel. Jane avait accepté par curiosité son invitation, se demandant ce qu’il lui voulait mais cette entrevue devait sans doute concerner un point précis des affaires de la Colonie. Elle ne voyait pas comment qui que ce soit pourrait se projeter dans le futur avec les événements récents.
 
« Jamais de la vie. » rétorqua-t-elle, un éclat d’effroi dans les yeux, avant d’avoir pu tourner sa langue sept fois dans sa bouche. Elle baissa les yeux un instant sur ses mains jointes nerveusement, à l’image de son état du jour. Il fallait vraiment qu'elle se ressaisisse et garde une attitude professionnelle malgré tout. « Vous non plus vous n'avez pas saisi cette occasion. » Qu'il la tutoie ne la dérangeait pas le moins du monde mais elle n'arrivait pas à passer ce cap vis-à-vis des gens qui étaient supérieurs à elle dans la hiérarchie. C'était rester au « vous » ou prendre le risque de passer du tutoiement au vouvoiement de manière aléatoire. « J'avais pourtant cru comprendre que vous étiez ouvert à l'exploration. » Ajouta t-elle négligemment.
avatar

DOWNER - Citrine
Messages 113 CRÉDITS : Alaska ; endlesslove

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Le dernier pub avant la fin du monde | Jane    01.01.18 13:19


Jane n’était visiblement pas autant à l’aise que Lewys l’aurait voulu. L’endroit était le théâtre de bien des affaires, mais rarement une place où régnait le danger. En tant que place de choix pour la conduite de certaines négociations et accords commerciaux, il y avait eu quelques frictions et règlements de comptes au fil des ans, mais rien de majeur. Tout comportement un peu trop agressif était immédiatement endigué, et plus souvent qu’autrement des fouilles à l’entrée était conduites pour éviter que n’importe quoi pouvant s’apparenter à une arme ne se retrouve à l’intérieur du bar. Au-delà de son inconfort, Lewys reconnaissait bien la Jane qui se plaisait dans un contexte où chaque engrenage de la machine était à sa place, correctement huilé, et où les choses roulaient avec le moins de problèmes. Elle n’avait jamais eu pour plan de s’aventurer au dehors ni de plonger dans la nouvelle aventure qui se profilait. Sa contribution à la planification des opérations la rendait indispensable, il n’aurait sans doute jamais été question de la laisser prendre le large et d’affronter le danger elle même. Ses réponses étaient satisfaisantes. Pragmatique comme toujours, elle s’étonnait que Lewys ne soit pas sorti. Il laissa échapper un petit rire sarcastique. « Je ne suis qu’un simple marchand, pas un soldat. Tout ce qui est à l’extérieur de la Halle me terrifie. » Sa position publique avait été de défendre le besoin d’exploration pour la survie des siens, mais il n’avait jamais eu pour intention de faire le travail lui même. Il aurait été un poids plus qu’autre chose dans les premières instances d’exploration et était de toute façon trop lâche pour affronter l’inconnu. Il avait volontairement exagéré sa peur, mais il y retrouvait toutefois un fond de vérité. Lewys n’était pas une incarnation du courage, il connaissait simplement sa place et son rôle dans l’univers et les acceptait sans aucun problème. Il repris de plus belle, sur ce ton plus sérieux et tranchant qui avait fait sa réputation de requin. « Les habitants de la Colonie peuvent compter sur moi pour prendre les décisions, pas pour les mener à la guerre. Chacun son rôle. » Le jeune homme n’avait pas la prétention d’être le sauveur de la Colonie ou celui qui les mènerait personnellement aux ressources qu’ils convoitaient collectivement. Il oeuvrait pour le bien commun à sa manière, tant que cela n’avait pas pour effet de ralentir ses plans ou contrecarrer ses propres attentes. La discussion tournerait bien assez vite aux choses sérieuses ; il était là pour ça, et Jane n’avait probablement pas envie de perdre son temps non plus. Lewys avait voulu la rencontrer pour une raison bien précise. Elle ne lui avait jamais réellement donné de réponse claire quant à savoir si la perspective de travailler pour lui – ou avec lui – l’intéressait réellement. S’entourer des meilleurs partenaires allait devenir une nécessité considérant les énormes portes commerciales qui s’ouvriraient sur ce monde complètement inconnu et le besoin d’organiser la distribution le plus efficacement possible, et Lewys ne pourrait pas se contenter de la médiocrité de certains de ses collaborateurs actuels. « Quand on trouvera de l’eau et d’autres biens à la surface, le vrai défi sera d’assurer la mise sur pieds d’un réseau de distribution efficace que les Agates ne pourront pas contrôler seuls. » Il marqua une courte pause pour laisser le temps à la jeune femme d’assimiler son affirmation et de juger de sa véracité. Elle était au cœur de l’action quant les questions logistiques étaient posées sur la table, elle ne pouvait pas ignorer la capacité limitée de la faction dominante à répondre aux besoins de la Colonie. Si des plans pour répondre aux cas d’urgence comme celui qu’ils vivaient tous avec l’eau étaient en place avant le drame, ils n’auraient pas eu besoin d’explorer la surface. « Tout ça pour dire que j’aimerais que tu reconsidères ma proposition de venir travailler pour moi. »
avatar

DOWNER - Agate
Messages 118 CRÉDITS : Avatar : Bonnie

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Le dernier pub avant la fin du monde | Jane    05.01.18 11:42


Malgré la nervosité qui régnait en maître absolu sur elle depuis les derniers événements, la répartie de son voisin de table réussit à lui tirer un sourire. Fin le sourire, tout petit, mais qui avait le mérite d'être là, au coin droit de sa bouche. Elle n'était donc pas la seule à avoir des sueurs froides lorsqu'il était question de l'extérieur. Même ceux qui s'était pourtant prononcés en faveur de l'exploration se retrouvaient à affronter l'indubitable existence du dehors, menaçant et très probablement hostile à leur encontre. Bien sûr, elle faisait confiance aux soldats de sa faction pour les protéger si jamais il devait arriver quelque chose mais Jane ne pouvait pas pour autant étouffer la voix hystérique qui demandait si leurs hommes seraient suffisants pour garantir leur survie. C'est qu'il n'y avait pas que les sauvages aperçus à l'extérieur dont il fallait se protéger : il y avait aussi l'air qui allait s'engouffrer par la trappe, la poussière qui se collerait aux explorateurs, l'eau qu'ils allaient ramener… autant de portes d'entrées à des ennemis invisibles.

Jane se força à détendre ses mains en repoussant ces pensées de son esprit. Il y avait un temps pour tout. Un temps pour se ronger les sangs en considérant tous les développements possibles concernant (en privilégiant bien entendu les plus horribles) et un temps pour travail. Pour le moment, mieux valait se focaliser exclusivement sur ce dernier. Le monde n'avait pas encore explosé à ce qu'elle sache et par conséquent, son rôle dans la Colonie était toujours important. D'autant que penser à autre chose ne pourrait pas lui faire de mal.

En un éclair, Jane se reconcentra sur la voix de Penrose. Ses paroles prenaient le chemin rassurant du travail et de la gestion de la Colonie. L'idée de ramener de l'eau de l'extérieur lui donnait de l'urticaire mais la blonde allait bien devoir trouver un moyen de l'accepter car elle ne pourrait pas refuser de boire indéfiniment. Penser l'organisation, en revanche, lui permettrait sans doute d'oublier un temps l'eau en elle-même. Les Agates ne pouvaient faire de plans précis tant qu'il n'y avait pas de données précises mais même avec une vague idée, un point posait déjà problème que Lewys avait lui-même décelé en bon Citrine : celui de la distribution. En temps normal, les Agates auraient certainement pu se débrouiller seuls pour s'en occuper mais les esprits s'étaient échauffés à l'ouverture de la trappe et un vent de panique soufflait dans les ventilateurs de la Colonie. Ils risquaient des mouvements de foule, la panique, le chaos. Des éléments qui horripilaient assez Jane pour qu'elle réfléchisse en amont à des solutions pour les éviter. Sur ce point, elle était totalement en osmose avec son voisin.

Mais son discours ne concernait pas vraiment les affaires de la Colonie, bien qu'elles restent présentes, joliment brodées en toile de fond. Il s'agissait de sa précédente proposition qu'elle avait réussi à esquiver la dernière fois. L'air se bloqua une fraction de seconde dans la gorge de la blonde qui détourna le regard vers la table en croisant les bras sur sa poitrine. Répondre d'emblée à cette question lui paraissait au-dessus de ses forces. « M. Penrose, étant considérée comme une denrée alimentaire précieuse, l'eau reste un domaine du ressort des Agates. Travailler avec votre faction représenterait une occasion inestimable de faire preuve d'unité et de solidarité dans les jours sombres que nous traversons ainsi que de s'assurer d'une distribution sans encombre. » commença t-elle du bout des lèvres. « Mais la présence des Agates reste primordiale dans cette affaire, car de toute manière, il faudra des Agates pour encadrer la distribution de l'eau. Vu l'état de tout le monde, la présence d'agents de sécurité va de soi pour calmer les esprits et intervenir en cas de problème. » En cas de débordement, ils sauraient y faire pour faire revenir l'ordre et sinon… Mais mieux valait ne pas trop y penser en fait. Elle marqua une courte pause pour structurer la suite en pensée avant de se lancer. Jane estimait hautement Penrose en tant que maillon de la chaîne de la Colonie et en tant que personne. Elle ne voulait pas se froisser inutilement avec lui, alors elle cherchait comment mettre en forme ses scrupules. « Ce qu'ils ramèneront d'autre des explorations ira bien évidemment aux Citrines mais je ne vois pas quel serait mon rôle dans tout ça. Vous avez besoin d'un lien avec les Agates, si je n'en fais plus partie, je ne vois pas à quoi je pourrais vous être utile. » conclut-elle avec une moue dubitative. Jusqu'ici leur collaboration avait fonctionné parce qu'elle avait pu s'appuyer sur la force de sa faction. Sans ça, elle ne voyait vraiment pas à quoi il pourrait l'employer.


Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Le dernier pub avant la fin du monde | Jane    



RÉPONSE RAPIDE