Two Worlds :: AS ABOVE SO BELOW :: Origine :: Fiche acceptée
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 10:33



Aëlyah Abdelbari
Il n'est rien de plus volage que le courage.

UPPER
Zayinéins
Guerrière
26 ans
Seule
Ft. jennifer lawrence

MAKE IT COUNT

La fille unique, mère morte en accomplissant son devoir de guerrière. Un père, hautement réputé ayant la faculté de refuser de crever en mission. Une gamine fourrée à l'académie élémentaire, mais son père s'impatienta rapidement de la foutre en formation chez son clan. Il ne sembla nullement lui laisser d'autre opportunité, et son instinct ne l'avait pas trompé : elle était douée d'un sens inné pour le combat. Une fille de caractère, couvée par un père dont elle n'osa jamais refuser l'autorité. Le monstre ne se cachait pas sous le lit, il se contentait de s'y glisser. Cela fit naître une fille, grande gueule, trop peut-être selon les dires de ses camarades. Une douceur étrange se dégagea d'elle, cette chaleur venant toujours s'échapper d'elle, en contraste avec la froideur qu'elle offrait lors de ses combats. Une émotive née, pourtant apte à tout masquer sans jamais prétendre s'en accomoder. Aly' avait dans les yeux la sincérité étrange d'une gamine égarée, qui venait à se perdre pour la haine quand elle luttait. Ce sourire, bercé d'ironie et ce besoin maladif de ne pas se sentir seule, font d'elle une personnalité atypique. Un seul être ne pouvant la comblé, un seul être pouvant venir l'inviter à s'en aller. Besoin d'autrui, mais étant dotée d'un talent inné pour faire fuir ceux qui tentaient une approche trop intensive. Le cœur bercé par le chagrin, la main libérant sa colère et ce sourire, venant révéler l'âme d'une gamine à la dérive.




Comment se situe t-il•elle par rapport à l'Exil ? Que pense t-il•elle de la génération qui ont provoqué ces cataclysmes ? Le manque, n'est palpable que lorsque l'objet du manque fut touché, effleuré, capturé dans l'esprit de l'individu. De colère, le monde s'est écroulé, créant une misère qui ne saurait faire taire les désespérés. En aucun cas, elle n'était de ceux là, qui venaient pleurer sur le sort. Une vie ou une autre, cela semblait tellement ridicule de venir acclamer ou conspuer le passé. L'Histoire était selon les dires « préserver des erreurs », mais à mesure que le monde avançait, cette idée, la demoiselle en doutait. Un gouvernement naissant, puis grandissant ne pouvait que chuter. Nullement, il ne fallait espérer que l'éternité viendrait conserver les traces de l'individualité. Si elle se battait aujourd'hui, ce n'était pas mépris du passé, ni par jalousie de ce que la vie fut jadis. Elle se battait pour sa survie, parce que demain si la guerre venait, son nom ne serait rien. Une âme, ne peut pas renverser le monde. Une arme, ne peut nullement détruire un gouvernement. Des larmes, ne sauraient se calmer au nom de la mélancolie. Tout cela est arrivé, désormais, il faut assumer en prétendant jurer que cela ne saurait recommencer : utopie irréaliste.
Quelle relation votre personnage entretient avec son clan ? Est-il fidèle et fervent aux siens, ou est-il ouvert aux autres clans de la surface ?Disgrâce, serait le mot qui définirait le mieux cette demoiselle. La mort de son père, fut une surprise de taille dans la communauté. Une mort prétendue sauvage, rendue possible par des étrangers. Les clans tournèrent pourtant, le regard vers elle, seule présente lors de l'incident. Une coupable trouvée. Une relation anormalement proche, dont elle n'osa jamais venir se plaindre de peur de se faire rejeter. Quelques éclats, des moments où la parole dépassa sa pensée, et elle sembla être la coupable née. En parallèle, ce fut les autres clans, qui vinrent à faire la contre balance : dévouée, douce et prête à tout pour parvenir à répondre à ses engagements. Une impopularité chez son clan, plus à accordé à sa force de caractère et à cette image qui semble la poursuivre : le visage déchiré, brisé avec le sang de son père sur les mains. Elle fut déclarée innocente, mais elle ne saurait mentir : sa tête, au bout du pique, est certainement fantasmé par ses aînés. D'une nature sociale, sa dévotion n'est en aucun cas remise en cause. Aimée, détestée, difficile de faire les choses à moitié.
Que pense votre personnage de la présence des habitants d'en bas ? A t-il des craintes, des espoirs, des doutes ?Tirer. Décocher une flèche en cas d'attaque. N'est-elle pas payée pour cela ? Pour être la première sur la ligne, prête à en découdre avec n'importe qui venant à s'interposer entre la paix et le monde extérieur. Ce n'est nullement la peur de l'étranger qui lui fait peur, la peur de l'autre ne ferait qu'alimenter les tensions – chose inévitable. Aly' veut avant tout croire que derrière tout cela, il y a plus, plus qu'une vie de galère, à survivre. Pour les siens, s'il faut lutter, elle le fera. Cette jeune femme, ne serait nullement la première à tirer, jamais elle ne pourrait prendre plaisir à attaquer. Un espoir, de plus, une peur d'un échec. Aly' ne saurait venir réclamer, ces gens ne doivent rien à personne sans doute. Pourtant, elle peut s'empêcher d'espérer plus, que le temps pourrait offrir une nouvelle ère. La fin d'une tyrannie qui se nommait « quotidien ».  Ils ne sont rien à ces yeux, une opportunité, et rien de plus, qu'importe leur aspect ou leur vertu : une opportunité.


(1) « Ton père était respecté chez les Zayinéins, tu le sais. » Elle le savait, qu'il était respecté, il n'était nullement utile de venir lui répéter cette phrase bateau à chaque occasion. Un cadeau, parfois un fardeau. Il l'avait porté haut, sa fille, faisant d'elle cette fille qui ne baissait pas les bras. Jusqu'au bout de tout, prêtre à frapper, tuer et à lutter pour la survie de ceux qui ne pouvaient manier une arme. Apprendre dans la douleur, ne jamais s'écraser, toujours venir à persévérer. Tomber n'était que le signe qu'il fallait se redresser, apprendre et ne pas se méprendre sur ce qui allait arriver. Une belle école, que fut celle des guerriers. Nullement à douter de la capacité de sa fille unique à affronter la difficulté, se fut dans un étrange paternalisme qu'elle vint à la porter. Nombreux étaient ceux à détachés les enfants, lui, il ne cessa de la préserver du monde sans jamais cesser de la préparer au pire d'autrui. Le monde de ceux et celles qui luttaient, en totale occultation de l'univers tordu de ceux qui n'avaient de vertu que l'esprit survivaliste. Apprendre à défendre son prochain, ne voulait pas dire parvenir à protéger son âme et s'épargner les vices de l'humanité. « Je sais. »
(2) « Vous aviez garder une certaine proximité avec ton père, n'est-ce pas Aly'? Il était très investi dans ta formation, c'est d'ailleurs assez original.  » Le stress ne pouvait se masquer, la peur ne pouvait nullement se draper du satin de l'hypocrisie dont sa vie fut étouffée. Elle ne simula pas un sourire, ne venant point redresser la tête, se contentant d'implorer son esprit de l'achever. Demander à mourir, bordel qu'elle en crevait d'envie. Cela pouvait sembler pathétique, mais aujourd'hui, elle faisait un pas de plus vers la liberté au prix de sa propre vie. Le jeu en valait la chandelle, pour la prunelle de ses yeux, elle lutterait. La proximité, avec son père, elle y repensait. Elle ne pourrait l'oublier, l'ensorceleur, le manipulateur, le professeur et le protecteur selon ses dires. Il fut son repère, un tout. Mère morte, fille unique et caractère de guerrière : une famille destinée à se briser. Cette proximité se traduisait depuis l'enfance. Balancée à l'académie pour devenir une survivante, cela ne fut rien face à l’entraînement de son père. Se lever avec la lumière du jour, d'une seule oreille. Le couteau sous la gorge, les coups dès le matin. Le mâle, le mal, cela semblait identique à ses yeux. Le bleu de ses yeux, sembla se noyer dans le combat pour préserver sa propre identité. Elle aurait tout donner, pour s'en échapper. Ce talent de réparti, elle le lui devait. Cette force à l'arc, elle la lui accordait. Cette peur de se faire toucher, elle saurait s'en rappeler. « Je sais ».
(3) «  Plusieurs incidents furent relevés, même si ton père n'a cessé de prendre ta défense. Tu as une sacré réputation. » La demoiselle ne cacha pas son soupir et son roulement d'yeux. Une nouvelle fois, le conseil vint à évoquer cette triste expérience, ce moment de légitime défense. Une blague de mauvais goût à l'encontre d'une camarade lors d'un entraînement supplémentaire, venant à justifier une intervention de la brune. Nullement une attaque personnelle – au départ en tout cas. Une triste histoire, qui vint à se terminer par la séparation des deux individus. Lui, le nez fut cassé. Elle, la lèvre explosée, le sang vint à consumer ses lèvres. Il niera toute accusation de la guerrière, son père venant à s'assurer que cette histoire, reste discrète.  « Je sais ».
(4) «  Ton père te le disait souvent, que tu étais belle, il adorait le répéter. Tu ressembles à ta mère, ce même regard azur. » Sous les rires, se cachent les misères éphémères des miséreux. Dans ses soupirs, s'enterrent des rêves, ceux qui rejettent les trêves. Pour souffrir, il faut écrire une ballade sur un orgue, pour la balade à la morgue. S'ouvrir, s'est risqué l'hypocrisie. Ce corps, découvert de remords, ne vous répondra jamais du pourquoi, elle n'osait jamais venir souffler le nom de sa mère. Tout le monde le lui disait, qu'elle était son portrait, mais que son caractère venait de son père. La douceur d'une âme ne lui fut pas offerte.  Aujourd'hui, admirer son reflet dans l'eau, semblait lui rappeler ses défunts parents et elle ne cessait de s'en détourner. « Je sais ».
(5) «  Ton arc était sur place, il fallait tirer, riposter. Ton père disait, que tu ne manquais jamais une cible. » Cela était la réponse facile, d'un individu qui n'avait jamais été confronté à un combat armé. La brune vint à relever sa manche, relevant un bandage de fortune sur son bras droit. Il s'agissait du bras fort, celui avec laquelle elle devait tendre la flèche, décocher la mort pour viser la cible. Cela était récent tandis qu'elle venait à se crisper en venant défaire le nœud qui maintenait la blessure bien protégée. Venant laisser le bandage tomber à terre en dévoilant son bras abîmé, écorché, une entaille assez profonde pour venir l'empêcher de riposter pleinement. L'origine de la blessure était contestable, mais il s'agissait d'une réponse à une attaque défensive. Le regard légèrement moqueur. Inutile d'espérer une réponse instinctive avec le bras fraîchement blessé.  « Il disait vrai ».  
(6) «  Ton père nous avait signalé ta disparition, il y a de cela plusieurs années. Tu es revenue, deux jours plus tard, pourquoi cette fuite ? » Elle inspira en venant se remémorer cette triste histoire. Une nuit, où elle vint à quitter son cocon, venant enfiler son arc, son carquois avec une veste pour simplement s'en aller. Nullement une fuite, ou du moins, pas l'intention première du geste de la guerrière. Une seule flèche, dont elle vint s'armer avec pour intérêt d'un jour revenir. Durant deux jours, elle vint à guetter l'arrivée de la cible. Venant anéantir une vie. La cible se glissa dans sa ligne de mire. Aly' n'osa pourtant pas, venir l'abattre dans le dos, de devoir vivre avec la mort d'un homme dont elle n'aurait pas admirée la mort. La flèche ne fut jamais décochée, et elle vint à retrouver la maison de sa demeure et son père vint à l'enlacer, tandis qu'elle ne pouvait qu'espérer qu'elle parviendrait à vivre avec regrets : la colère vint à la dévorer.  « Je ne prends pas la fuite, une Zayinéins ne prend jamais la fuite. ».
(7) « Comment peux tu espérer convaincre une audience, quand tu es incapable de me persuader de ton innocence ? » La question, tant espérée. Pourquoi devait-il croire en son innocence ? Pourquoi ne pas la conspuer et venir la déchirer en place publique. La demoiselle avait déjà, une vague idée des rumeurs à son sujet, des mots et de la communauté qui viendrait s'en doute à en partie se détourner de la brune. Il était inévitable de venir se faire mépriser par autrui, lorsque le doute s'installait. Fixant son interlocuteur avec une voix douce, assurée et légèrement sarcastique. « Si j'étais l'assassin, son corps serait loin. ».
(8) « Peux-tu nous raconter une dernière fois, les circonstances de l'accident ?  » Le répéter, une nouvelle fois. La chanson devenait redondante, et ils espéraient l'admirer céder sous la pression. Ils la pensaient coupable. La brune soupira alors et elle vint à nouveau conter l'incident. Un groupe inconnu fut repéré dans les montagnes, et que son père fut payé pour un repérage et que par instinct il avait embarqué sa fille avec lui. Une histoire terrible, une agression, une prise par surprise dans les hauteurs. Un terrain découvert, entraînant une fuite dans la faune. Une séparation causée par la fuite. Une histoire terrible, alors qu'elle fut agressée, justifiant son visage martelé. Ces joues rouges et ces blessures qui venaient masquer son doux visage. La gosse récita presque son récit comme un enregistré par coeur. Son père ne fut pas épargné, et pour mort il fut laissé. L'histoire ne changea pas, chaque mot vint à rebondir sur le suivant, répondre en choeur à la symphonie de son mensonge.  Ses auditeurs ne semblaient pas convaincu par ses dires. La réputation de la demoiselle était pourtant blanche : volontaire, légèrement sauvage mais agissant de bon coeur. Sociable, aimante et de nature tête brûlée usant autant de la ruse que de la violence. « Je sais ce que vous pensez. » La demoiselle lâcha cette phrase avec un certain dédain en fixant ses interlocuteurs. « Le tribunal populaire est seul décisionnaire » La brune inspira avec une larme qui vint à couler sur sa joue « Je sais ».  
(9) « Qu'est-ce que tu vas faire sans lui Lily ? C'est comme ça qu'il t'appelait non ? Lily ? » Cela sonna comme un crève coeur d'entendre ce nom, ce surnom que seul son père lui donnait. Elle se souvenait de ces moments étranges, de ces regards. Elle aurait tout donné, pour oublier ces instants malsains. Ces étranges partages dans l'intimité qui demandèrent du temps à être qualifié. Il ne la retira jamais des autres, jamais de celles qui venaient se lier d'amitié envers elle. La gamine appréciée, serviable malgré une certaine distance. Nullement mal intégrée dans la communauté, jamais rejetée par les autres hormis ceux dont le seul espoir fut de l'utiliser sans venir payer le service de protection. Intègre jusqu'au bout des doigts. Peut-être un peu trop franche, trop agressive et trop violente, mais d'une justesse assez simple dans ses jugements. Elle avait sans doute plus de mérite dans ses combats que dans ses relations sociales, mais cela n'entachait en aucun cas ses relations avec autrui. Ces pensées furent brisées alors qu'elle redressait la tête en direction de son interlocuteur. « Je n'sais pas. » Pour la première fois de cet entretien, elle mentait avec un sourire vaurien.
(10) « Si je vous disais que cela fut le mot de trop, iriez vous m'écraser ? Je ne saurai le dire, ni même venir mentir. La fragilité du moment, l'opportunité. Si je vous disais, que le laisser mourir, fut bien plus plaisant que de l'achever. La souffrance dans ses yeux fut ma victoire, le sang sur mes mains encore abîmées par les coups sur sa peau. Je crois, que nullement, je ne pourrais justifier, raconter ou même hurler la vérité. Je peux néanmoins le dire, sans mentir : je fus heureuse de le regarder mourir. S'il est plus aisé, pour vous, de me penser coupable : libre à vous, je saurai m'en moquer. Le verdict fut prononcé, et avec hâte je viens combler la curiosité maladive de l'humanité : Innocente. »   



pseudo/prénom V., mais Quentin est préférable ou alors... The QQ. The QQ, c'est bien    âge 20 ans, comme chantait lorie fuseau horaire breton, oui oui nous avons un fuseau horaire unique.  fréquence de connexion jamais, seulement lors des pleines lunes. De préférence avec du chocolat en cadeau    où avez-vous découvert le forum ? Manoune, une sombre femme avec alicia vikander. Puis il parait que y a un petit membre du staff que j'ai côtoyé et que je suis heureux de retrouver dans le coin    scénario ou inventé ? inventé quelque chose à déclarer ?  " je ne suis pas méchant, je suis réaliste " crédits Mentionnez les crédits de l'avatar/icon et des gifs. "Bazzart" n'est pas un crédit.
avatar

UPPER - Lamed
Messages 158 CRÉDITS : avatar : dandelion ; code : astra.

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 10:48


THE QQ. "trop de feels" Arrow Arrow

"une sombre femme"

je n'vois pas de quoi tu parles.
c'est toi qui es faible.

j'ai hâte d'en lire plus (enfin de commencer à en lire en fait ) sur la belle Aëlyah.
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 10:53


tu sais que tu es une sombre femme, tu n'peux pas cacher ton jeu avec moi

Et bien écoute, l'histoire complète étant sur mon pc... forcément... ça attendra ce soir ou demain Mais j'vais avancer le reste en attendant, un peu Tu es largement plus avancée que moi sur ce coup là XD
avatar

DOWNER - Lunien
Messages 202 CRÉDITS : Arté (avatar) ; Anaëlle (code sign)

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 11:40


Je suis bretonne depuis juin... Chuis acceptée dans cette grande famille ou c'est trop récent ? :/
(Bon courage pour le reste de la fiche 8D J'aime beaucoup le style d'écriture jusque là **)
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 11:48


Alors tu dois avant tout répondre à une question... beurre doux ou salé ? (moment de tension intense, la sentence sera irrévocable)


(Merci en tout cas, et merci c'est gentil )
avatar

DOWNER - Lunien
Messages 202 CRÉDITS : Arté (avatar) ; Anaëlle (code sign)

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 11:50


Salé of course
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 11:52


Bravo, bienvenue chez les bretons, t'es une fille bien

avatar

UPPER - Samek
Messages 113 CRÉDITS : Bonnie (av) Astra (signa)

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 15:09


Azy même en Parigo je choisis le beurre salé ça fait pas de moi une bretonne (et heureusement)
(j'viens tellement foutre la merde XDDD pardon)

BIENVENUE VOUS.

Bon courage pour la fin de ta fiche, dernière ligne droite pour plus en savoir sur cette guerrière 8D (pis Jenny ça fait toujours plaisir de voir Jenny 8D)
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 17:50


être breton est un honneur... nameho

merci en tout cas mon petit monsieur, même si monsieur voulait m'étrangler dans x-men apocalypse Très bon choix de vava en tout cas
avatar

DOWNER - Lunien
Messages 487 CRÉDITS : Lux Aeterna

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    16.11.17 21:19


woooo ces choix omg
Jennifer en Zayin, ça passe crêêêêême ! ça va être quelque chose dis donc !
Bienvenue par ici
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    17.11.17 9:07


Hey hey jennifer elle est parfaite partout Merci joli monsieur
avatar

UPPER - Zayin
Messages 259 CRÉDITS : freesia (ava); dsharmansource.tumblr(profile gif); anesidora (sign); sonolent.tumblr (icons sign)

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    17.11.17 14:29


il pue le QQ


(ouais, ceci est ma définition d'un accueil agréable et respectueux)
avatar

UPPER - Zayin
Messages 73 CRÉDITS : vio

Feuille de personnage
RELATIONS:
FATE BREAKERS:

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    17.11.17 14:35



GENRE, tu oses venir me dire ça Ma vengeance sera terrible

avatar

UPPER - Zayin
Messages 259 CRÉDITS : freesia (ava); dsharmansource.tumblr(profile gif); anesidora (sign); sonolent.tumblr (icons sign)

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    17.11.17 14:46


si tu me touches je le dis au Fonda
d'ailleurs, il veut pas se ramener ce flemmard?
avatar

Fondateur
Messages 280 CRÉDITS : Geniuspanda
http://twoworlds.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    17.11.17 15:03



WELCOme !
bienvenue parmi nous !
Bienvenue à toi petit Padawan !

Oui, toi. Toi avec ta coupe mulet et cette frange à coucher dehors. Toi qui as maté tous les épisodes de Stranger Things en deux jours et qui rêve d’utiliser ton sabre laser pour enfin pouvoir faire griller tes marshmallows sans allumer un feu. Toi, petit Padawan, avec tes yeux de biche et ta plume qui me donne envie de chialer. Je sens que tu vas faire de grandes choses, comme récurer les toilettes des Dortoirs Hypnos. De toute manière t’as aucune idée de comment allumer un feu. Autant dire que t’es dans la merde.

Alors, avant de me harceler, moi et mes esclaves, avec des photos de ton chat, faire chialer mes humbles sujets avec tes rps (j’ai pas assez de mouchoirs alors commence pas), je souhaite t’accueillir dans ma secte… enfin confrérie. Je te souhaite bien du plaisir dans ces pas si verts pâturages de Two Worlds.

ta fiche m’a fait chialer. Pourtant y a pas plus sadique que moi. Ta petite elle est un peu brisée en dedans, y a pas grand chose qu'à l'air d'aller bien sous sa caboche. Je parle même pas de ses parents. La douce est un ovni au milieu d'une société basée sur l'appartenance. Elle porte sa solitude comme un verdict : coupable. J'ai été fort troublé par le choix de présentation des anecdotes. C'est incisif. Au final, qu'est-ce qui est plus révélateur de la psyché humaine que les vérités que l'homme est prêt à offrir ? Que les mensonges auxquels il se raccroche. Le tout accordé avec ton style extrêmement plaisant. J'espère que la petite va panser ses blessures... Ça serait dommage qu'elle ne soit pas prête pour ce que je lui réserve.
Bienvenue chez les... Binamés ! Ton groupe de flood n'attend plus que toi. N'hésite pas à aller leur dire bonjour à te présenter !

Alors, enfile tes babouches, déboutonne ton jeans et rejoins-nous dans une aventure extraordinaire. Avant toute chose, si tu pouvais te laver les mains et apprendre l’ode en l’honneur du Fondateur ça serait cool, tu sais. Je dis ça, je dis rien, mais si tu connais pas la chanson d’ici une heure tu vas pas faire long feu.

le tour du proprio

Pour t’aider dans ta quête jeune Hobbit joufflu, je vais t’aider à découvrir le monde. Si tu te sens un peu trop seul, tu peux passer dans la recherche de rp et quémander l’appui d’une communauté surement prête à te tuer. Pour te faire des amis et attraper des pokemons, tu peux créer ta fiche de personnage en utilisant le modèle prévu à cet effet. S’il te vient l’idée de vouloir attraper une sirène, tu peux t’arrêter en dans le port des scénarios. Et si ta sirène n’a pas de visage, pas de personnalité non plus tu n’as qu’à venir poster un pré-lien. Peut-être que tu attraperas des belles plumes dans tes filets. Puis n'oublie pas que la loi c'est moi, donc viens flâner de temps à autre dans la partie des annonces, sous peine d'être paumé. Enfin, parce que c’est bien connu qu’on est plus fort ensemble, comme San Goku demande la foi du monde pour un genkidama swagger, nous avons besoin de tes feedbacks et de tes idées. N’hésite pas à nous bombarder avec celles-ci dans la boîte à idées. On prendra énormément de plaisir à les prendre en compte.

Mais en attendant jeune Padawan, coupe-moi cette frange et brule-moi ce mulet. Et puis, dis merci à la vie, dis-lui merci, chante la vie, danse la vie... ne sois qu’amour pour ton Fondateur. Je sais que t’as arrêté de lire à la seconde ligne, mais prends garde, qui n’écoute pas son Fondateur souffrira sa colère divine. Et c’est moche, c’est vraiment moche.


Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Aëlyah ۞ Retire ton âme qui use la mienne, et je retirais mon arme pour que tu abuses de la tienne.    



RÉPONSE RAPIDE